Real expert
Pourquoi travailler avec nous ? Pourquoi travailler avec nous ?

Asset & Property management

Spécialiste de la gestion en immobilier d’entreprise, nous mettons également notre expertise au service des particuliers.
Nous assurons la gestion de vos actifs immobiliers sur l’ensemble du territoire ainsi qu’en Europe. Avec un souci permanent : l’optimisation de votre patrimoine.
Nous portons un soin tout particulier aux relations avec vos locataires en assurant une présence régulière dans les immeubles.
Nous effectuons un reporting régulier et personnalisé, adapté à chaque actif et à chaque investisseur.

NOUS CONSTRUISONS AVEC VOUS UNE RELATION DURABLE DESTINEE A VALORISER ET SÉCURISER VOTRE PATRIMOINE

Chaque mandant possède un accès personnel aux informations relatives à ses biens en temps réel (suivi des dépenses, contrôle du budget, rapport des visites techniques, plans prévisionnels des travaux, et rapports annuels) sur notre plateforme extranet.

Ces dernières années, le BIM (Building Information Modeling) a pris une place conséquente comme action d’innovation dans l’immobilier pour tous les acteurs de l’écosystème. Tout d’abord en tant que méthode de travail disruptive sur les projets immobiliers, puis progressivement comme un moyen d’initier une data room virtuelle d’un actif et le suivre sur toute sa durée de vie en fonction des interventions sur l’immeuble. Ce formidable outil de data visualisation apparaît alors comme un véritable modèle agglomérant de l’information liée à la maquette numérique sur chaque bâtiment. Cette information pouvant servir à offrir du service aux utilisateurs et à faciliter l’exploitation et la connaissance du bâtiment pour les propriétaires.

Mais au delà de l’échelle du BIM sur un bâtiment, il y a celle du quartier en BIM pour atteindre ensuite celle d’une ville en BIM. À présent, le BIM s’est effectivement étendu à la ville voire à un territoire : on parle de CIM (City Information Modeling). 

À l’instar de l’utilisation de la modélisation des données du bâtiment, on va ici modéliser les données de la ville sans se limiter aux informations utiles aux propriétaires et aux locataires d’immeubles mais à tout usager urbain. Les informations de la ville deviennent visualisables sur le modèle numérique BIM.

Il est ainsi possible de faire des scénarios et toutes les simulations voulues à travers des maquettes numériques BIM de villes ou de morceaux de ville. Cela permet notamment d’anticiper les risques, les événements naturels et climatiques, les sujets de mobilité urbaine, la gestion des ressources, la gestion de l’énergie, la logistique en ville ou encore l’impact carbone. À titre d’exemple, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France (IAU IDF) a recours au CIM pour simuler les risques liés aux crues centenaires. Les résultats de ces simulations permettent entre autres de faire évoluer le plan local d’urbanisme (PLU) des communes concernées et d’identifier précisément les bâtiments risquant d’être les plus sinistrés. Les zones inondables peuvent ainsi être mieux repérées dans les PLU, immeuble par immeuble, et la vulnérabilité plus contrôlée.

Des croisements de données entre le Système d’informations géographiques (SIG) et les simulations faites sur les maquettes numériques des villes conduisent à anticiper l’ensemble des risques bien plus finement qu’auparavant. Nous passons d’une analyse à l’échelle de zones ou de quartiers à une analyse plus fine à l’échelle de bâtiments ou de terrains dans ces secteurs. Certains assureurs utilisent par exemple cette méthode pour mieux répartir les zones à risques sur le territoire et prévoir les indemnisations par immeubles des potentiels sinistrés.

Mais le CIM peut aussi être le support de données des nouveaux usages en ville. Par exemple, le CIM peut constituer une aide dans la course à l’agriculture urbaine afin d’identifier les zones les plus favorables à la plantation en croisant les données climatiques précises et les orientations des immeubles. Il est aussi possible de repérer en temps réel sur le modèle numérique les pousses à terme pour solliciter leur récolte.

Le CIM est aussi un moyen de réaliser des simulations sur les smart grids afin d’anticiper les consommations énergétiques et mieux les repartir et les contrôler.

C’est ainsi que les plates-formes urbaines de gestion de la ville peuvent être liées et connectées aux avatars numériques BIM afin de faire de la data visualisation sur le modèle BIM. Les API permettent aussi d’en développer des applications toutes implémentées sur la même base de données pour en augmenter la fiabilité.

Ces nouvelles méthodes permettent de faire évoluer la gouvernance de nos villes : on parle ainsi de BIM urbain. Par le biais du CIM, une véritable stratégie territoriale de gestion des données numériques d’une ville peut être déployée.

Certains detracteurs diront néanmoins à raison que le CIM est un moyen supplémentaire de tracer toute information sur un territoire d’action sans que les initiateurs de ces informations puissent en être informés.

Il est certain que tout en garantissant une augmentation de la sécurité urbaine, le CIM doit être encadré en termes de cybersécurité plus que tout autre outil numérique.

Vous l’aurez compris, l’objectif du CIM est bien d’aider à tendre vers une ville resiliente capable d’offrir un cadre de vie meilleur, plus confortable, plus sécurisé pour regagner en qualité de vie.

Les plus réticents au BIM peuvent trouver ici une nouvelle motivation à s’y intéresser face aux opportunités offertes par ce changement d’échelle. Changement possible uniquement si le public et le privé croisent leurs données et les géolocalisent sur les modèles BIM des villes afin de créer des applicatifs d’aide à la décision plus poussés et des services pour un CIM efficace. Les foncières et l’ensemble des propriétaires seront des moteurs obligatoires à ces nouvelles stratégies urbaines grace aux données BIM de bâtiments qu’ils peuvent partager. 

Source: https://www.businessimmo.com/contents/112228/du-bim-au-cim-quels-enjeux

La ligne 18 desservira 10 gares, d’Aéroport d’Orly à Versailles Chantiers, en 30 minutes.

Un ancrage local, une ambition nationale

La ligne 18 facilitera les déplacements des habitants de l’Essonne et des Yvelines grâce à ses nombreuses correspondances : lignes N et U du Transilien, les RER B et C, le tramway T7, le Tram-Train Massy-Evry et plusieurs lignes de bus. Elle constituera une porte d’entrée rapide vers Paris grâce à sa connexion avec la ligne 14 à la gare Aéroport d’Orly. Les échanges avec l’ensemble du territoire national et l’international seront également améliorés par ses correspondances à Massy-Palaiseau (TGV) et à l’aéroport d’Orly.

Traversant un territoire stratégique du Grand Paris, la ligne 18 desservira l’un des premiers pôles de recherche et développement du monde, Paris-Saclay. Elle assurera également la mise en relation des grands pôles économiques situés à Orly, Antony, Massy, Saint-Quentin-en-Yvelines et Versailles.

La ligne 18 répondra aux besoins de déplacements des habitants, étudiants, chercheurs et salariés qui vivent, étudient ou travaillent à proximité. La mise en service de la ligne 18 est prévue en 2026, entre Massy – Palaiseau et CEA Saint-Aubin, en 2027, entre Massy-Palaiseau  et Aéroport d’Orly, puis, en 2030, entre CEA Saint-Aubin et Versailles Chantiers.

Ses chiffres clés :

  • 10 gares dont 3 connectées au réseau de transports franciliens
  • 13 communes concernées dans 3 départements
  • 100 000 voyages prévus chaque jour
  • 35 km de métro automatique, dont 14 km en aérien

BureauxLocaux livre son baromètre pour l’immobilier d’entreprise au premier semestre 2019, permettant de faire le point sur un marché toujours et inexorablement orienté à la hausse. En se basant sur les 3 millions de recherches réalisées sur son site ce dernier semestre, BureauxLocaux signale notamment une hausse moyenne de 6,1 % des loyers des bureaux parisiens en un an, affichant désormais un prix moyen de 464 euros (HT, HC)/m2. C’est « le chiffre », ou plutôt les chiffres, « de la semaine ».

A Paris, le 8ème, le 9ème et le 2ème arrondissements figurent en haut du tableau, avec une percée du 19ème (20 % de hausse en un an) et du 20ème (qui gagne deux places dans le top, grâce à la disponibilité de très grandes surfaces). Le 8ème cumule les records, avec une hausse de 18 % en un an, tandis que le 10ème se taille une place à part dans le marché parisien, avec un loyer moyen de 430 euros (HT, H/m2 (+8,5 % en un an). Le coworking fait briller sa place déterminante dans le paysage de la Capitale.

Le 10ème coche toutes les cases pour les entreprises en quête de centralité. Avec des loyers inférieurs de 10 % au 9ème et de 25 % au 8ème, une excellente desserte en transports en commun avec la gare du Nord et la gare de l’Est, mais aussi un cadre de vie en phase avec les attentes des jeunes cadres, le 10ème offre un excellent rapport qualité/prix (…) Face au manque d’offres dans l’hyper centre de Paris, les entreprises n’ont d’autres choix que de s’excentrer. C’est ainsi que le 19ème arrondissement émerge en tant que terre d’accueil pour les entreprises. Il faut dire que ce quartier dispose d’une offre tertiaire rare à Paris, qui permet de loger de grandes entreprises, en particulier dans le quartier Rosa Parks.

 » Sophie Desmazières, présidente de BureauxLocaux.com « 

En petite couronne, Boulogne-Billancourt garde la tête du classement, suivi par La Défense et Levallois-Perret. Dans le Croissant de l’Ouest parisien, Nanterre, à 200 euros (HT, HC)/m2 et La Défense à 300 euros (HT, HC)/m2 combinent des prix deux fois inférieurs à Paris avec un réseau de transports en commun efficaces, tandis que la Péri-Défense (Nanterre) s’intègre parfaitement dans le quartier d’affaires européen. Ivry-sur-Seine demeure la seule ville du Val-de-Marne présente dans le Top 10 et Saint-Denis ferme ce même classement.

En régions, le top 5 est dominé, dans l’ordre, par Lyon (première place à nouveau), Nantes, Marseille, Toulouse et Bordeaux. Rennes gagne 3 places dans le domaine de la recherche par les entreprises et enregistre 9 % d’augmentation, Dijon se hisse à la 14ème place (deux places de plus) et 9 % de hausse.

Source: https://www.bureauxlocaux.com/

La Cour de cassation a récemment condamné un architecte à prendre en charge l’écart entre son estimation du coût d’un projet de rénovation et le coût réel au final. La note avait en effet presque doublé pour ses clients.

Un architecte qui intervient dans le cadre d’une rénovation immobilière est tenu d’établir une prévision exacte du coût de l’opération, a récemment rappelé la Cour de cassation*. Un professionnel qui avait ainsi sous-évalué son projet a été condamné à prendre en charge le dépassement, à titre de dommages-intérêts pour ses clients.

Un coût total largement supérieur à l’estimation

L’architecte a « failli à son devoir de conseil en sous-évaluant le montant des travaux », ont expliqué les juges. La cour d’appel déclarait qu’un dépassement « de l’ordre de 10% » était admissible. Mais en l’espèce, l’architecte avait fixé un budget de rénovation inférieur de 15 à 25% au coût habituel.

Il avait en effet prévu un coût de moins de 900 euros par m² au lieu du ratio standard qui est de 1 000 à 1 100 euros. De plus, cette estimation ne comprenait pas les finitions comme les carrelages et revêtements divers, et le coût total avait quasiment doublé le coût estimé.

L’architecte faisait valoir que la rénovation était d’une qualité exceptionnelle, loin des standards habituels, mais cet argument n’a pas été admis. La justice a au contraire souligné la responsabilité de ce professionnel qui aurait dû se renseigner sur les souhaits et possibilités financières de ses clients pour faire une évaluation exacte.

*Cass. Civ 3, 13.6.2019, N 18-16.643

Source: https://www.boursorama.com/patrimoine/actualites/immobilier-l-architecte-doit-etablir-un-budget-previsionnel-exact-de-l-operation-c3f3466e60bd638ccc7a79dbb3616a9d

 

Article très intéressant du journal  » LES ECHOS SOLUTIONS  » à propose de la recherche de locaux que nous relatons ci-dessous.

Lien internet vers l’article: https://solutions.lesechos.fr/bureau-coworking/c/recherche-de-locaux-dentreprise-les-points-importants-a-considerer-et-les-erreurs-a-eviter-17325/

Trouver un bureau, ce n’est pas chose facile. Il s’agit d’une tâche très importante, qui exerce une énorme influence sur le quotidien, l’environnement et les affaires de l’entreprise. Et cela demande beaucoup d’effort et de temps. Après tout, c’est là où s’impose une question centrale : comment choisir — quelle taille, quel prix, quelle localisation ? Il suffit d’un mauvais choix, et les conséquences peuvent s’avérer très problématiques, pouvant même mettre les projets de l’entreprise en péril. Autant de raisons pour que ce soit une démarche très bien réfléchie pour nombreux chefs d’entreprise.

Nous vous présentons donc, ici, les principaux points à considérer et les erreurs à éviter afin que votre recherche de bureaux soit réussie et que vous puissiez profiter de cette étape charnière pour promouvoir le développement de votre entreprise.

Quelques points à considérer

Analyser les conditions et planifier la sortie du bail actuel
Une démarche absolument nécessaire. Il est crucial qu’avant toute recherche, vous vérifiez les conditions de votre bail actuel et que vous planifiez une éventuelle sortie en conséquence. Des informations comme la durée de préavis, ainsi que les différentes modalités de résiliation possibles, doivent être claires pour avancer en ordre et avec transparence.

Définir les priorités et bien réfléchir au type de bureau souhaité
Pour changer de bureau il faut comprendre vos propres besoins. Alors, il est important de considérer vos priorités en fonction. Prix, taille, localisation, type d’immeuble, etc. Qu’attendez-vous sur chacun de ces critères ? Pour vous faciliter la tâche, il est souhaitable de définir clairement deux choses : un budget et un cahier des charges. Dans votre budget vous posez les limites financières concernant le loyer, les charges et les frais de déménagement. Dans votre cahier des charges vous détaillez l’ensemble de caractéristiques recherchées dans vos nouveaux locaux en termes de localisation et configuration de l’immeuble.

Consulter des experts et se faire guider dans la recherche
Une fois que vous aurez estimé vos priorités en fonction de vos besoins, il est temps de passer à la recherche d’un conseiller. La figure de l’expert immobilier est importante parce qu’il vous oriente dans vos recherches et vous aide à trouver l’immeuble le plus adapté. La connaissance qu’ils possède sur le marché pourra vous apporter d’énormes avantages et créer des opportunités intéressantes.

Évaluer en interne et prendre en considération l’avis des collaborateurs
Parce qu’une organisation plus transparente a plus de chances de réussir, la communication interne et l’implication des collaborateurs dans la prise de décision sont des éléments clefs d’une recherche de bureaux. Promouvez des discussions, consultez vos collaborateurs et incitez-les à partager leur avis. Avec ces informations importantes, vous pouvez affiner les critères de recherche et de sélection de vos nouveaux locaux.

Quelques erreurs à éviter

N’avoir qu’un seul critère et faire abstraction d’autres facteurs déterminants
Une erreur cruciale. Prendre en compte un seul critère au détriment des autres peut entraîner de considérables difficultés. Par exemple, si vous vous installez dans une région moins chère mais éloignée du réseau de transport public, cela peut affecter négativement la productivité et l’état d’esprit des collaborateurs. De même si vous vous installez dans une zone centrale mais que l’espace n’est pas adapté au nombre de personnes qui y travaillent.

Négocier directement avec le propriétaire et ignorer le conseil expert
D’après les expériences avec l’immobilier particulier, on pourrait penser que passer en direct avec le propriétaire semblerait plus simple et facile en termes de négociation mais attention, dans l’immobilier professionnel, il y a de nombreux aspects plus techniques et spécificités. La terminologie, les méthodes de calcul de prix et surface, les charges et les contraintes du code du travail font que ce type de négociation exige l’accompagnement et l’orientation d’un expert.

Penser à court terme et ne pas anticiper l’évolution de l’entreprise
Une autre erreur commune : sous-estimer (ou parfois surestimer, cela peut arriver) l’évolution de l’entreprise au fil du temps. Il est possible que l’entreprise se développe assez vite, recrute plus de collaborateurs et finalement ait besoin de plus de place. D’où la nécessité de penser à long terme et de considérer les espaces qui favorisent une certaine flexibilité en termes de capacité.

Être trop rigide dans la recherche et rater de bonnes opportunités
Enfin, la dernière erreur. Il est important d’être flexible aussi en ce qui concerne la démarche globale de recherche d’un bureau. Il n’y a pas d’offre véritablement « parfaite », il y a des offres plus et moins adaptées à vos besoins. Se concentrer sur la recherche d’une offre « parfaite » peut faire que vous vous détournez de bonnes opportunités qui peuvent se présenter sur le chemin. Restez toujours flexible et ouvert.

Voici les principaux conseils pour que votre recherche de bureaux soit réussie. Alors, si vous êtes en train de considérer un changement de locaux, réfléchissez bien avant de vous lancer, planifiez vos démarches et veillez à ne pas reproduire les erreurs évoquées ici. En fin de compte, le bureaux idéal pour vos besoins peut être plus proche que vous ne l’imaginez !

Chaque trimestre, ImmoStat, Groupement d’Intérêt Economique réunissant les quatre principaux conseils en immo­bilier d’entreprise (BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et Cushman & Wakefield) présente les grands indicateurs du marché de l’immo­bilier d’entreprise en Ile-de-France.

Ces indicateurs concernent : 

  • la demande placée des bureaux (volume des transactions locatives et ventes à utilisateurs)

  • l’offre immédiate et les loyers faciaux de bureaux

  • l’investissement en Ile-de-France (montant global des investissements et prix des bureaux)

  • la demande placée des entrepôts en France

BUREAUX ILE-DE-FRANCE

Au premier semestre 2019, la demande placée de bureaux en Ile-de-France s’élève à 1 101 800 m², soit une baisse de 19 % par rapport au premier semestre 2018. Le T2 2019 totalise 563 200 m² s’inscrivant ainsi en baisse de 15 % par rapport au T2 2018.

L’offre immédiate de bureaux en Ile-de-France au 30 juin 2019 s’établit à 2 856 000 m², en baisse de 7 % par rapport à son niveau il y a un an.

Sur la base des transactions ayant eu lieu au cours du trimestre, le loyer facial des bureaux atteint en moyenne :

  • 384 € HT HC/m²/an pour les biens de seconde main, soit une hausse de 4 % sur un an ;

  • 400 € HT HC/m²/an pour les biens neufs ou restructurés, soit une hausse de 5 % sur un an.

Le loyer facial correspond à la valeur inscrite au bail et ne tient pas compte des mesures d’accompagnement qui s’élevaient au trimestre précédent à 19,9% et dont le niveau au T2 2019 sera publié le mois prochain.

INVESTISSEMENTS ILE-DE-FRANCE

En Ile-de-France, le montant global des investissements en immobilier d’entreprise au premier semestre 2019 atteint 9,9 milliards d’euros, soit une hausse de 5 % par rapport au premier semestre 2018. Le T2 2019 s’inscrit en hausse de 11 % par rapport au T2 2018 en atteignant 7,2 milliards d’euros.

Le prix moyen des bureaux achetés en Ile-de-France au cours du T2 2019, tous types confondus, s’élève à 6 940 €/m² (droits inclus) ce qui représente une hausse de 7 % sur un an.

ENTREPOTS FRANCE

Au premier semestre 2019, la demande placée d’entrepôts de plus de 5 000 m² en Ile-de-France (avec l’Oise) s’élève à 457 700 m², en hausse de 53 % par rapport au premier semestre 2018.

Pour la France entière, la demande placée d’entrepôts de plus de 10 000 m² au premier semestre 2019 s’élève à 1 346 600 m², à raison de 984 900 m² en Régions et 361 700 m² en Ile-de-France pour les transactions de cette taille. Par rapport au premier semestre 2018, ce résultat à l’échelle nationale représente une hausse de 3%.

 > Télécharger le communiqué de presse

Source: https://www.immostat.com/single-post/2019/07/05/Résultats-ImmoStat-pour-le-T2-2019

Très bel immeuble moderne indépendant situé à Massy, en bordure de Palaiseau, Vauhallan et Igny.

Un immeuble accessible par les transports en commun gare de Massy Palaiseau RER B et C ainsi que par la gare de MASSY TGV. Un parking privatif d’environ 20 places est également présent. L’immeuble de bureaux en R+3 développe plus de 850 m² et a été rénové en 2018.

Liées à l’immeuble:
• Interphone • Alarme • Fibre optique • Digicode • Faux plafonds • Moquette neuve • Plinthes périphériques • Cloisonnements vitrés • Restaurations, hôtels, banques et poste à proximité • Plus de 20 emplacements de parkings disponibles.

Reportage Photos:

Prix: nous consulter – Visite sur demande.

Alors que les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas, l’engouement pour l’investissement immobilier d’entreprise ne tarit pas. Ainsi, selon une étude de Cushman & Wakefield, depuis le début d’année en France, 4,7 milliards d’euros ont été investis au 1er mai 2019. Plébiscité par les investisseurs étrangers comme nationaux, l’immobilier de bureaux présente les avantages d’un investissement fiable, particulièrement en Ile-de-France, qui réunit 68% des montants engagés.

Faire le choix d’un investissement sûr

Particuliers comme entreprises sont de plus en plus nombreux à passer le pas, et pour cause : investir dans l’immobilier d’entreprise est une option sécurisante et rentable. Représenté à 70% par le secteur tertiaire (surface de bureaux), ce marché présente des coûts de gestion bien moins élevés que dans l’habitat. Autre avantage, le taux de vacance de l’immobilier professionnel parisien reste très faible (inférieur à 4,5%) en raison de la stabilité de la demande. Une situation qui assure un rendement régulier et attractif, pouvant aller jusqu’à 8% dans la capitale !

Regarder au-delà du périphérique parisien

La tension du marché immobilier professionnel dans l’hyper-centre parisien (les 5e, 4e, 6e, 1er et 3e arrondissements) est cinq fois supérieure au Quartier central des affaires. Dès lors, la pénurie d’offres parisiennes redirige peu à peu les investisseurs vers des opportunités hors de Paris : Boulogne-Billancourt, Neuilly, La Défense et Levallois figurent ainsi en tête des villes les plus recherchées en région parisienne. Notons que 80% des requêtes de bureaux en petite couronne sont localisées dans les Hauts-de-Seine. Montreuil, qui offre de très belles opportunités, arrive 5e sur le podium avec de grandes surfaces de bureaux modernes pour une moyenne de 191 euros/m²/an… Soit presque un tiers de moins que le 20e arrondissement ! (source : baromètre de BureauxLocaux de 2018).

Garder la tête froide  

L’immobilier d’entreprise restant un marché tendu, avec une rareté de l’offre, la recherche d’un local professionnel peut devenir un vrai casse-tête. Or, contrairement aux fonds d’investissement, les entreprises et professions libérales qui souhaitent investir n’ont ni le temps, ni la ressource interne pour gérer efficacement leur recherche immobilière. Les annonces, souvent off-market, particulièrement en Ile-de-France, ne leur sont pas toujours accessibles. Résultat : le processus de recherche peut s’étendre sur la durée et devenir démoralisant. Se faire accompagner par un professionnel permet ainsi d’éviter de nombreux écueils tout en assurant sa mise en conformité avec la loi : définition de la structure juridique du bail, fiscalité, formalités administratives à respecter… Un vaste terrain de jeux dont il faut savoir maîtriser les règles.

Source:https://www.journaldunet.com/economie/expert/71199/pourquoi-investir-dans-l-immobilier-d-entreprise-francilien-est-une-bonne-idee.shtml

Chronique de Dominique Geoffray : Homelike Office

À vendre à Chilly-Mazarin et à 500 mètres de la gare RER C de Longjumeau, un plateau de bureaux au 3ème étage composé d’un accueil, un open space de 70 m², une salle de réunion et un bureau, un espace cuisine avec sanitaire, un espace non aménagé. 3 places de parkings complète ce lot.
Disponibilité: sous accord.
Prix de vente: nous consulter.
Reportage photos:
Nous vous invitons à prendre contact avec nos consultants dès à présent pour visiter au 01.84.25.05.94.

REAL EXPERT vous présente, des bureaux à sous-louer au sein d’un immeuble de bureaux refait à neuf à Courbevoie. 

Un site de 4700 m² accueillant 200 collaborateurs + une terrasse exceptionnelle de 1000 m² sur le toit. Un immeuble ouvert, transparent et situé au cœur du nouvel écoquartier du « Village Delage », à deux pas de la Défense et des axes routiers.

Prestations: Gardiennage, hôtesses d’accueil, pc sécurité, restaurant entreprise, ascenseurs, salles de réunions, salle de jeux ou encore une salle de sport. Des parkings sont disponibles en sous-sol et en extérieur.

Configuration: Des plateaux de bureaux (livrés en open space) disponibles à partir de 171 m² et jusqu’à 556 m² de surface disponible privative au total. 

Loyer : nous consulter.

Desserte: Gare de Bécon-les-Bruyères à 8 min à pieds – Ligne L. 

Reportage photos:

Nous vous invitons à prendre contact avec nos consultants dès à présent pour visiter au 01.84.25.05.94.